L’avenir du jeu-vidéo?

Grosses licences, gros marché et gros sous

Grosses licences

Nous avons actuellement dans les jeux-vidéo comme dans le cinéma un certain nombre de licence plus ou moins récurrentes. Malheureusement, le renouvellement n’est pas toujours au rendez vous. La durée de vie semble toujours plus réduite alors que les Add-on/DLC semblent de plus en plus présent et trop souvent avec un rapport qualité/prix médiocre. On voit aussi le retour de vieux jeux pour relancer leurs licences.

Gros marché

Avec des dizaines de millions de chacune des consoles de la dernière génération et un grand nombre d’abonner aux services de jeux en ligne, le nombres de consommateurs est juste énorme. L’arrivée de casual gaming, il y a quelques années, a élargie le public de base et a créé de nouvelles attentes.

Gros sous

Des licences, un gros marché et beaucoup d’argent à la clé pour ceux qui se démarquent. Le problème est là: se démarquer et prendre des risques ou garder ce qui marche et faire toujours pareil! Les licences ne tentent pas toutes de se renouveler, dans le genre FPS par exemple la licence des « Call Of » qui fait beaucoup de vente pour un peu toujours la même chose du classique! Ça a marché et ça marchera encore. Donc nous avons pas forcément de l’innovation que ça soit au niveau du Gameplay, des HUD(Head Up Display), des concepts plus profonds. Toutefois, il arrive parfois des styles de jeu revus et corrigés ou mixés avec un autre pour donner un ovni qui émoustille le joueur par sa nouveauté. Donc tout reste une histoire de gros sous car les grosses boites ne vont pas forcément prendre de gros risque en sortant un énième Assassins Creed ou un Splinter Cell. On sert les fans pour être sûre de leur plaire et de faire avec la même recette une suite sans plus de goût.

L’avenir

Bientôt la nouvelle génération de console sera là, prête à prendre le relai avec des innovations techniques pour toujours plus nous bluffer et amener des univers photo-réalistes pour nous immerger dans des histoires toujours plus longue et évoluée, ou pas… Car bien que les supports permettent de stocker plus de données, la durée de vie du jeu n’ai pas au même niveau. Imaginez un Final Fantasy 6 poussé plus loin avec les supports de nos jours. Je ne pense sérieusement pas que nous aurions un chemin linéaire pour se déplacer mais un vrai dédale de possibilité. Voilà ce qui pourrait être une avancée en révisant les basics, les améliorer et pousser tout cela plus loin encore.
C’est aussi ce que Minecraft a pu démontré ou même Limbo et d’autres jeux que les graphisme ne font pas tout. Il faut une idée, un concept de jeu, une histoire et une vision différente. L’avenir? J’espère qu’il verra de nouveaux héros charismatiques qui ne seront pas surexploités pour tirer plus d’argent au détriment de l’aventure elle même.

Commentaire (1)

  • Pour les DLC ne pas oublier les 0day qui montrent à quel point les éditeurs ne visent qu’à pomper toujours plus de fric…
    D’ailleurs à propos, ce que je trouve marrant, c’est que plus il y a de blé, plus les jeux sont à chier… Bon, ça ne veut pas dire que l’inverse est vrai non plus, car il n’y a pas que du bon dans la scène indé.

    Tu évoque minecraft, qui a eu pas mal de succès. Mais certains, plus intéressés que moi par ce jeu, m’ont dit concernant la charte graphique qu’elle était apparemment plus liée à de la flemme qu’à une réelle volonté. J’avoue que pour ce que j’ai vu, il aurait pu avoir la même charte en étant plus soigné. Bon et comme ensuite ça a pris, c’est devenu un argument, presque un leitmotiv (comme d’hab, l’histoire est écrite par les gagnant).

    C’est un peu comme N et sa wii qui ne «veut» pas faire la course «à qui qu’à la plus grosse», alors qu’en fait le concept c’était plus «hé les gars, j’ai une super idée, on va faire un nouveau contrôleur pour revendre la gamecube pendant 5 à 6 ans avec une nouvelle forme et un lecteur dvd maintenant qu’il coûte plus rien; on fera le buzz en prétendant que nous on est des rebelz qui s’intéressent rien qu’au jeu et en leurs disant qu’ils ont des gros pénis; on fera donc peu de R&D mais un max de pognon vu que le coût de fabrication de la gamecube est déjà inférieur à son prix public»… et ça a marché. D’ailleurs en plus de nous avoir pris pour des jambons, on leur doit aussi (avec l’aide des smartphones) l’import massif de newbies et la casualisation générale des jeux.

    Après, un beau jeu (≠photo réaliste) n’est pas un bon jeu, mais un bon jeu doit être beau autant que d’avoir des bons : multi ou histoire, gameplay et bande son. Je ne crois pas qu’il y ait vraiment d’originalité dans un «concept» actuel, car je pense qu’on a dépassé le temps des découvertes et des pionniers et qu’aujourd’hui nous n’avons plus que des «assemblages». À l’instar de la littérature, ça ne veut pas dire pour autant qu’il ne peut plus y avoir de bons jeux, mais pas de nouveau genre.

    Enfin, je sais plus où (NF je crois) j’avais entendu un mec qui expliquait qu’à l’époque, les graphismes étaient tellement limités (≠ moches), que ça nous forçait à combler avec notre imagination et vu coup, ça augmentait l’immersion. Je trouve ça très vrai.
    Concernant l’avenir, ça passe à priori par ce genre de trucs, ça (et le cloud caymal, mais je l’ai déjà dit) ou n’importe quelle merde made in zynga et autres F2P (= free to pay ≠ free to play). Bon après, il y avait les bundles et d’autres systèmes, mais ça a périclité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *